L'insularité pénalise les entreprises du spectacle vivant avec un surcoût de 30%

C'est l'une des données les plus représentatives du rapport de la Fédération insulaire qui a été présenté ce samedi 9 juillet au MAPAS Mercado

L'objectif du document, auquel participent l'INAEM et les gouvernements des Canaries et des Baléares, est d'améliorer la visibilité du théâtre, de la danse et du cirque des deux archipels.

Une compagnie de spectacle vivant des îles Canaries et Baléares doit assumer un surcoût de plus de 30% par rapport à une compagnie péninsulaire lorsqu'elle exerce son activité hors du territoire insulaire. C'est l'une des conclusions du rapport préparé par la Fédération insulaire dans le but d'améliorer la visibilité du théâtre, de la danse et du cirque réalisé dans deux communautés autonomes, qui a été présenté ce samedi 9 juillet aux médias de la communication et au public du Marché des Arts du Spectacle de l'Atlantique Sud, MAPAS Mercado, à l'Auditorium de Tenerife.

Sur la base de cette étude, réalisée en 2020 par le cabinet de conseil Bissap, un plan d'action a été conçu pour favoriser le développement des compagnies insulaires du spectacle vivant à moyen terme, auquel participent l'INAEM et les gouvernements des Canaries et des Baléares. Une collaboration institutionnelle qui vise à réduire l'inégalité des chances dans la production et la circulation des productions scéniques des deux archipels.

La présentation de la soi-disant Étude sur les inégalités des territoires insulaires d'Espagne dans la consommation et la contribution aux arts du spectacle. Analyse des facteurs qui influent sur l'inégalité des chances dans la production et l'exploitation des spectacles, Tenu à l'Auditorium de Tenerife, le dernier jour du MAPAS Mercado 2022 dans la capitale de Tenerife, il a été suivi par Rubén Pérez Castellano, directeur général de la culture du gouvernement des îles Canaries ; Catalina Solivellas, directrice générale de la Culture du Gouvernement des Îles Baléares ; Javier de Dios, directeur général adjoint du théâtre à l'INAEM du ministère de la Culture ; Ricardo del Castillo et Carles Molinet, président et vice-président de la Fédération insulaire.

La Fédération insulaire est composée d'Illescena, de l'Association des compagnies des arts du spectacle des Baléares, de Replica, de l'Association des compagnies des arts du spectacle des îles Canaries et de l'Association des professionnels du cirque des Baléares (Apcib).

L'objectif de ce document, comme l'ont souligné les représentants politiques et les deux porte-parole de la Fédération insulaire, est d'améliorer la visibilité du théâtre, de la danse et du cirque made in Canaries et Baléares. Le directeur général de la culture du gouvernement des îles Canaries, Rubén Pérez Castellano, a exprimé sa gratitude aux accompagnants de la table et au public et a expliqué que "ce rapport est le point de départ d'un travail que nous, les administrations, devons commencer maintenant" .

D'autre part, il a été souligné que le rapport est un exemple de l'union entre les administrations pour « optimiser nos ressources. L'insularité est un désavantage et nous sommes là pour remédier à cette situation », a déclaré Catalina Solivellas, directrice générale de la Culture du Gouvernement des Îles Baléares.

Javier de Dios, directeur général adjoint du théâtre à l'INAEM du ministère de la Culture, a qualifié ce document d'« excellente étape pour que les trois administrations maintiennent un dialogue ouvert. Depuis le ministère de la Culture nous sommes sensibles à l'insularité », a-t-il dit et poursuivi en faisant allusion au fait qu'« une révision de la réglementation va être menée pour générer des propositions et leur application ».

Carles Molinet, vice-président de la Fédération insulaire, a commencé à décomposer certaines données du rapport avec le président de l'entité, Ricardo del Castillo. Molinet a déclaré que l'origine de ce rapport a eu lieu «précisément au MAPAS Mercado il y a trois ans. C'est là qu'est née l'idée de cette fédération ».

Le document d'étude est une analyse rigoureuse de données objectives qui a généré un plan d'action qui sera lancé par les trois administrations pour améliorer la situation des arts de la scène dans les deux archipels. Le plan d'action a une durée d'exécution maximale de deux ans.

Dans le cadre du processus d'étude, 25 enquêtes ont été réalisées sur des entreprises d'arts du spectacle aux îles Canaries, 25 sur des entreprises d'arts du spectacle dans les îles Baléares et également 25 enquêtes sur des entreprises du secteur péninsulaire. Les résultats ont permis de dresser une carte des facteurs déterminants de cette situation, en plus de savoir quel est l'impact des inégalités dans les entreprises et la relation de cause à effet dans ce contexte culturel.

Les îles Canaries sont plus touchées que les îles Baléares dans le contexte culturel en raison de leur éloignement géographique. C'est l'une des données fournies par Ricardo del Castillo, président de la Fédération insulaire. "Il faut reconnaître que l'Espagne a été un centralisateur culturellement parlant", a déclaré Del Castillo. En revanche, la difficulté des compagnies du spectacle vivant des deux territoires insulaires est dans les deux sens : "lors de la sortie du territoire et aussi lorsque les théâtres reçoivent des compagnies d'autres points", a-t-il expliqué. A cela, Del Castillo a ajouté que "le fait insulaire doit être examiné à part et ses problèmes doivent être reconnus".

Molinet a souligné diverses données représentatives du rapport, entre autres, que "40 % des compagnies d'arts de la scène de la péninsule ont des fonctions en dehors de leur communauté, tandis que dans le cas des îles Canaries, elles n'atteignent que 8% et dans les îles Baléares 22%" . Le Baléare a également expliqué que les compagnies canariennes des arts du spectacle ont « deux fois plus de fonctions à l'étranger que dans la péninsule », un chiffre représentatif.

Il est maintenant temps d'élaborer le plan d'action résultant de l'étude. Ce plan d'action est divisé en trois blocs : mesures à intégrer dans les politiques scéniques de l'État, mesures à intégrer dans les politiques scéniques des deux communautés autonomes et mesures à promouvoir par les opérateurs scéniques.

Partager